le Journal du Floyd

La fête de la Saint-Valentin est passée...

musicien aveugle sur un trottoir de Shanghai, Chine

...mais les cons ont grande chance de perdurer. Nous vivons une période formidable. Saint Valentin oblige, je suis sorti acheter des chocolats. Bon, pour les romantiques, on s' emballe pas hein, au début l' homme achète des fleurs pour la femme qui veut des chocolats. Puis les années passant, les fleurs ne sont plus de mise, non vraiment plus, alors l 'homme achète des chocolats à sa femme...qui aurait voulu des fleurs...
Enfin bref, je trainais dehors, et Brême étant une grande ville, il y a malheureusement, comme partout, les laissés pour compte, ceux assis par terre avec un chien à côté, 2 ou 3 couvertures et un gobelet devant pour que le passant jette une pièce ou deux. Et ben, y a une vieille bourrique, enfin surtout une vraie connasse, qui s' est arreté au niveau du monsieur assis par terre et qui l' a pris à partie. Et lui, de se justifier, mais non, je vous assure, je ne bois pas, je ne bois pas. Bien sûr, tous ceux qui se retrouvent dans le froid, le vent, la pluie, la précarité, c' est de leur faute, ils picolent, les bougres. Comme il est facile de montrer du doigt, de mettre les gens dans des cases. La dame avec son cardigan vert et son joli chapeau était vraisemblablement à l' abri du besoin, et vu son age apparent, elle ne risquait pas un revers de fortune. Pourquoi donc emmerder ce pauvre homme, tu donnes ou pas. C' est selon. Point barre.
Toutefois, je vais boire encore une fois à la santé du monsieur assis par terre, pour des jours meilleurs avec son chien et sans gobelet. Et aussi pour que la bourrique brule pour l' éternité dans les flammes de l' enfer à moins qu' elle ne pourrisse dans les abîmes de la connerie.