Reinheitsgebot de 1516 - une imposture?

le Reinheitsgebot, c' est quoi?

Un décret de Guillaume IV de Bavière publié en 1516. Dans la fabrication de la bière ne sont autorisés que l' orge, le houblon et l' eau. La levure n' étant pas connue à cette époque, elle ne figure pas dans les ingrédients. Pourquoi une réglementation? Certains évoquent le fait de réserver les céréales, comme le blé, pour le pain ou l' alimentation plutôt que la bière. En cas de famine, il est plus logique de manger du pain plutôt que de se pochtronner à la bière. Les brasseurs, qui ne respectaient pas ce décret, payaient une amende. Peut-être du protectionnisme déguisé? La généralisation de ce décret en 1906 à toute l' Allemagne a permis également de protéger les brasseurs nationaux. Un autre ingrédient dans l' élaboration et.... ce n' est plus de la bière. Cela ne s' applique pas aujourd' hui aux bières destinées à l' exportation, il en est de même pour les bières importées (on peut trouver des bières importées dites spéciales en Allemagne, qui contiennent autre chose que du houblon, de l' eau, et de l' orge).

homme confus avec une bière

une certaine hypocrisie

Le citoyen lambda est fier de ce décret, bah oui, voyons, c' est un gage de qualité, hein? Si la prétendue bière contient autre chose, ce n' est plus de la bière. Sauf que les brasseries ne respectent plus aujourd' hui le décret original, il a été actualisé, enfin plutôt assoupli pour des raisons Européennes (entre autres!). Elle est belle la mention "brassée selon le Reinheitsgebot" ou encore "ingrédients : Gerstenmalz, Hopfen, Wasser" sur les bouteilles. Les brasseries rajoutent des additifs dans la bière, c' est permis. La plupart utilisent aussi autre chose que de l' orge. Et puis finalement, la règle sera oubliée complètement si la bière est destinée à l' exportation. Il faut dire aussi que dans les autres pays, l' offre sur le marché est assez complète avec des bières originales et de qualité, il faut donc "s' aligner" quelque part. En conclusion, ne nous voilons pas la face, il sera plus probable de trouver une bière de qualité qui respecte ce foutu décret dans une petite taverne, où le gérant produit lui-même sa bière pour ses clients. Dans ce cas là, évidemment, la bière est bien meilleure que celle achetée dans le commerce.

bières servies

un carcan d' un autre age

Aujourd' hui encore, ce décret de 1516 est en vigueur. Force est de reconnaître que le choix des bières dans le rayon est aussi grand que la déception lors de la dégustation. Cette normalisation de la bière a servi les grandes brasseries, qui nous livrent finalement un produit la plupart du temps insipide. Entre une pils de la brasserie untel et une autre, la différence ne sera pas énorme, en clair une pisse imbuvable juste bonne à faire roter, le but recherché étant de vendre le plus possible tout en respectant plus ou moins la norme, il va donc falloir se lever de bonne heure pour trouver une bière goûteuse et originale. Le respect des ingrédients, c' est bien mais le Reinheitsgebot ne s' étend pas au processus de fabrication, aux soins apportés à l' élaboration, la fermentation, etc... Plus gravissime, cet attachement "culturel?" à ce décret désuet a tout simplement tué toute velléité de créativité. Or les possibilités sont nombreuses, par exemple l' ajout d' épices, de fruits frais ou confits, de flocons d' avoine (comme on peut déjà le constater avec les bières Belges par exemple).

bière beurk

Pour faire simple...

L' alcoolique moyen se délecte de son breuvage, parce que brassée selon le Reinheitsgebot, et le ridicule ne tuant malheureusement plus, il ose encore appeler cela de de la bière. Boire une bonne bière reste naturellement possible, je pense aux petites productions, notamment les bières brassées localement et offertes à la consommation sans passer nécessairement par la case "grande distribution".

happiness avec une bière